VAE

  • #La validation des acquis de l'expérience (VAE)

Comment faire une VAE ?

La VAE – ou validation des acquis de l’expérience – est une démarche destinée aux professionnels ayant a minima un an d’expérience dans des emplois et activités reconnus et associés à une certification professionnelle, sans pour autant avoir obtenu le diplôme associé.

Véritable tremplin pour les postulants aux carrières parfois atypiques, la VAE apporte une validation officielle des savoirs et des savoir-faire acquis sur le « terrain ». La certification (diplôme, titre ou certificat) atteste alors de la maîtrise des compétences, avec un diplôme reconnu.

Vous souhaitez conforter votre emploi actuel, accélérer votre évolution professionnelle ou changer de métier ?

Audencia vous explique tout sur le parcours à suivre pour réaliser une VAE.

Etape n°1 – Faire le point sur ses attentes et sur ses acquis

L’inscription dans une démarche de VAE vise différents objectifs :

-        Ajuster son statut professionnel à son niveau réel de compétences

-        Valoriser les acquis qui serviront à son évolution et potentiellement sa transition professionnelle

-        Se repositionner sur la grille de salaires de son entreprise

-        Officialiser son niveau de qualification

-        Mettre à jour ses compétences en cours de carrière

-        Accroître sa confiance en soi

-        Valoriser son CV pour accélérer son retour sur le marché de l’emploi

-        ...

Avant d’entamer tout projet de VAE, il est essentiel de faire le point sur ce qui vous motive et sur l’expérience que vous souhaiteriez valoriser.

Etape 2 - Trouver la VAE qui correspond à son projet

La VAE n’est pas une formation. C’est un dispositif qui donne accès aux certifications (diplômes, titres, certificats de qualification professionnelle) inscrites au RNCP (Répertoire National des Certifications Professionnelles), sans avoir à suivre la formation.

Environ 5000 certifications (diplômes, titres, certificats de qualification professionnelle) sont ainsi éligibles à la VAE.

Pour bénéficier d’un appui dans votre recherche, vous pouvez contacter :

-        en tant qu’Agent public (fonctionnaires et contractuels), renseignez-vous auprès de votre référent formation ou de votre référent en ressources humaines

-        en tant que Salarié de droit privé, Personne en recherche d’emploi, ou dans une autre situation, contactez votre conseiller en Evolution Professionnelle

Pour trouver en toute autonomie celle qui vous convient et qui se rapproche le plus de vos compétences, vous pouvez utiliser différents moteurs de recherche : Avril de Pôle Emploi, celui du RNCP si vous connaissez le code ROME du métier que vous exercez, le portail FranceVAE.fr pour un diplôme de l’Education Nationale, ou encore consulter les sites d’établissements certificateurs  et organismes de formation tels qu’Audencia qui propose l’accès à 9 titres de niveau 6 ou 7 en VAE (un titre de niveau 6 équivaut à une Licence ou un BUT, soit un niveau BAC+3, tandis qu’un titre de niveau 7 correspond à un Master ou à un diplôme d’ingénieur soit un niveau BAC+5).

Découvrir la liste des formations Audencia accessibles en VAE

Etape 3 – S’inscrire et faire une VAE

Toute personne, quels que soient son âge, sa nationalité, son statut et son niveau de formation, qui justifie d’au moins un an d’expérience en rapport direct avec la certification visée – que l’activité ait été exercée de façon continue ou non – peut prétendre à la validation des acquis de l’expérience (VAE) (quel(s) que soi(en)t le(s) diplôme(s) précédemment obtenu(s) ou le niveau de qualification).

 

Le candidat à la VAE peut résider en France ou à l’étranger, et réaliser sa demande de recevabilité à distance, tout autant qu’il pourra choisir son accompagnement en fonction de ses contraintes.

La VAE est un parcours ambitieux, ponctué de nombreuses étapes à valider avec sérieux pour réussir sa présentation devant un jury.

La 1ère étape en VAE est l’identification de la certification (cf. Trouver la VAE qui correspond à son projet). Sur la base de son parcours, ses acquis et ses motivations, le candidat demande un avis sur la faisabilité et l’opportunité de son projet avant de s’engager davantage dans la démarche.

La 2ème étape est la recevabilité. Le candidat à la VAE envoie ensuite son livret 1 (ou livret de recevabilité au formulaire Cerfa n°12818*02) à l’organisme certificateur avec toutes les pièces justificatives demandées selon son statut.

La 3ème étape est la constitution du dossier de VAE, avec ou sans accompagnement à la VAE. Vivement recommandé, cet accompagnement soutient les candidats dans leur travail d’analyse d’activités et d’explicitations, afin d’inscrire la rédaction du dossier dans les attendus du certificateur et du jury de VAE. A noter, le candidat est libre de choisir l’organisme accompagnateur de sa démarche s’il choisit d’être accompagné. Après une durée moyenne d’environ 10 mois en accompagnement (sans accompagnement, les démarches sont bien souvent plus longues… quand elles aboutissent), le participant va donc structurer le récit de ses expériences, réfléchir ses activités, et valoriser ses acquis pour répondre aux preuves attendues.  Dans ce dossier de VAE appelé également « livret 2 », le candidat veille en effet à construire l’ensemble de son écrit argumenté de preuves au regard du référentiel de la certification visée. Il prouvera ainsi qu’il valide les compétences associées au référentiel. Le contenu de ce dossier est donc particulièrement exhaustif.

Lorsque le livret 2 de VAE est prêt, il est transmis au certificateur afin que celui-ci constitue un jury pour acter la demande de validation du candidat. Le certificateur constitue un jury et convient alors d’une date de passage.

Réussir sa VAE en préparant son entretien avec le jury

L’évaluation de la demande de validation du candidat est basée sur l’analyse du dossier de validation des acquis de l’expérience rédigé. Pour compléter et approfondir l’analyse du dossier, le jury convoque le candidat à un entretien et peut également le mettre en situation professionnelle.

L’étape finale de la VAE est donc l’entretien avec le jury. Le jour J, le candidat doit faire preuve aussi bien de synthèse que d’exhaustivité (pour donner à voir la correspondance de son expérience et de ses acquis avec le référentiel).

Préparer cet entretien est essentiel, car c’est à l’issue de celui-ci que le jury statue de l’étendue de la validation (totale, partielle, refusée). Lorsque le candidat réussit à argumenter des compétences acquises au cours de ses expériences, et que le jury constate effectivement la correspondance entre celles-ci et le référentiel de certification, la VAE est un succès. Si le candidat ne s’en voit reconnaitre que certaines à la suite de son argumentation, la validation est partielle, il obtient alors les blocs de compétences de la certification avec lesquels il correspond (NB : ceux-ci sont acquis à vie). Dans ce cas, le jury peut proposer un complément à la validation au candidat afin que celui-ci développe les compétences de la certification qui n’ont pas été reconnues. La dernière issue est la plus défavorable, le refus de validation. Quand celui-ci est prononcé, c’est bien souvent lié soit à un problème d’identification de la certification correspondant à son expérience dès la phase d’orientation, soit à un manque d’accompagnement dans l’exercice de rédaction du dossier, soit à la difficulté du candidat à s’être inscrit dans cette démarche d’écriture… et parfois ces 3 raisons.

En cas de validation totale ou partielle, le certificat de blocs de compétences ou la certification délivrés ont alors la même valeur que s’ils étaient obtenus via un parcours académique ou en apprentissage… l’expérience en plus.